Skip to content

Lettre du recteur majeur aux Salésiens de Don Bosco

by admin on November 9th, 2017

Logo
SOCIÉTÉ DE SAINT FRANÇOIS DE SALES
maison générale salésienne
Via della Pisana 1111 – 00163 Roma
Le Recteur Majeur

Rome, 24 juillet 2017

LETTRE DU RECTEUR MAJEUR
AUX SALÉSIENS DE DON BOSCO

Le document préparatoire du Synode des Évêques de 2018
sur « Les Jeunes, la Foi et le Discernement Vocationnel »,
une boussole tout au long de notre cheminement.

Chers confrères,

Je vous écris cette Lettre pour vous exhorter à reconnaître en ce moment que nous vivons un kairós, un temps propice pour notre service et notre communion ecclésiale.

Le 6 octobre 2016, en effet, le Pape François a annoncé qu’en octobre 2018 se tiendrait la XVème Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques sur le thème : « Les Jeunes, la Foi et le Discernement Vocationnel ». C’est la première fois dans l’histoire de l’Église qu’une Assemblée aussi importante et représentative se consacre d’une manière aussi forte et explicite à l’étude de ce thème. Le Synode sur la Nouvelle Évangélisation (2012) et l’Exhortation Apostolique Evangelii Gaudium (2013) ont abordé la question de savoir comment remplir la mission d’annoncer la joie de l’Évangile dans le monde d’aujourd’hui. À l’accompagnement des familles, dans l’optique de cette joie, ont été consacrés deux Synodes (2014 et 2015) et l’Exhortation Apostolique postsynodale Amoris Lætitia (2016). Dans la continuité de ce cheminement, le Saint-Père a décidé que l’Église s’interroge sur la manière d’accompagner les jeunes pour leur permettre de reconnaître et d’accueillir l’appel à l’amour et à la vie en plénitude ; il a aussi demandé aux jeunes eux-mêmes d’aider l’Église à déterminer les modalités les plus efficaces aujourd’hui pour annoncer la Bonne Nouvelle. Le 13 janvier 2017, le Secrétariat du Synode des Évêques a donc proposé à l’attention de toute l’Église un Document Préparatoire (DP) pour lancer « la phase de la consultation de tout le peuple de Dieu ».

Comme Salésiens de Don Bosco, nous sommes appelés à offrir à l’Église le don de notre charisme avec notre réflexion et notre expérience pastorale avec et pour les jeunes. C’est pour cette raison que je vous demande aujourd’hui de vous unir à l’effort de toute l’Église pour étudier ce document et répondre au Questionnaire joint, en vous laissant défier avant tout par cette question : face à la convocation de ce Synode et à la publication de ce Document Préparatoire, comment nous sentons-nous mis au défi dans notre expérience charismatique ? Je vous demande de partager vos réflexions avec l’Église locale également, en sachant que ces réflexions ne sont pas seulement destinées aux jeunes et aux éducateurs de nos milieux salésiens, mais qu’elles doivent être surtout partagées et discutées avec eux et tant d’autres jeunes et éducateurs engagés dans la Pastorale des Jeunes des Églises locales.

Dans cette optique d’implication, nous avons demandé à toutes les Provinces de répondre au Questionnaire et d’envoyer leurs réponses au Dicastère pour la Pastorale des Jeunes.

1. Le premier pas indispensable à accomplir doit être de lire l’histoire des jeunes qui nous sont confiés. Ce pas nécessite de se familiariser avec les défis et les opportunités du territoire où nous sommes appelés à témoigner de l’amour de Dieu pour les jeunes, spécialement les plus pauvres. Toute la première partie du Document Préparatoire, en effet, est fondée sur l’importance d’une lecture de la réalité contemporaine des jeunes. Dans l’esprit de Evangelii Gaudium, nous sommes appelés à « sortir » et à « écouter » pour partager ensuite la Bonne Nouvelle. Connaître la réalité des jeunes que nous rencontrons n’est pas un luxe que nous pouvons nous permettre mais un devoir que nous ne pouvons pas négliger. Ne pas le faire serait une trahison, ce serait tourner le dos au cri, souvent caché mais profond, des jeunes. La tentation du « nous avons toujours fait ainsi » et l’attitude du « nous connaissons déjà la réponse », même si la question a changé, sont les véritables dangers que nous devons reconnaître et éviter.

2. La seconde partie du Document Préparatoire se concentre sur les concepts de foi, discernement et vocation. Ces concepts sont étroitement liés entre eux : la foi est la source du discernement vocationnel : « Elle fait découvrir un grand appel, la vocation à l’amour, et assure que cet amour est fiable, qu’il vaut la peine de se livrer à lui, parce que son fondement se trouve dans la fidélité de Dieu, plus forte que notre fragilité. » (Lumen Fidei, 53)  Comme Salésiens, nous sommes appelés en ce domaine à reconnaître quelques défis et à renforcer certains choix : notre proposition éducative et pastorale doit offrir aux jeunes des parcours qui les portent à vivre une expérience humaine intégrale. Cette proposition doit donc aider les jeunes à vivre leur vie comme un don à accueillir et à partager, dont il faut être conscient et pour lequel il faut rendre grâce. Enfin, comme éducateurs et pasteurs, nous sommes appelés à accompagner les jeunes dans le discernement de leur vocation et, donc dans la construction de leur projet de vie, en sachant qu’« il n’existe pas de vocation qui ne soit pas ordonnée à une mission » (DP II, 3).

Les thèmes du discernement et de l’accompagnement demandent une préparation sérieuse et qualifiée – humaine, spirituelle, charismatique – de toutes les composantes, membres consacrés et laïcs, de la Communauté Éducative et Pastorale. Je vous invite ici à éviter deux tentations pastorales.

La première tentation que l’on rencontre est celle de nous borner à prendre acte du manque de temps et des ressources nécessaires pour un engagement en profondeur à l’accompagnement des jeunes. À cette tentation, nous répondons en nous proposant de devenir nous-mêmes, en premier, de vrais et authentiques témoins en nous laissant accompagner : « des accompagnateurs accompagnés », des guides qui font sur eux-mêmes l’expérience personnelle de l’accompagnement spirituel ; et seulement alors seront-ils en mesure de la proposer à d’autres, créant ainsi des processus vertueux de formation à l’accompagnement pour les laïcs coresponsables dans la mission salésienne.

La seconde tentation est de se contenter d’une vision réductionniste de l’accompagnement qui exalte presque le rôle individuel de l’accompagnateur dans ce processus. À cette tentation, nous répondons en proposant aux jeunes, là où nous sommes présents, un accompagnement progressif à plusieurs niveaux : un accompagnement du milieu salésien qui accueille les jeunes et leur transmet un « esprit de famille » ; un accompagnement de la Communauté Éducative et Pastorale qui, à son tour, requiert d’être guidée dans sa coresponsabilité dans la mission salésienne et dans le discernement communautaire préalable à la programmation  éducative et pastorale ; un accompagnement du groupe où le jeune se trouve inséré, dans un parcours progressif pour devenir disciple et apôtre ; enfin l’accompagnement personnel du jeune, décisif pour son discernement vocationnel.

Le Document Préparatoire nous indique que ce dernier type de discernement n’est pas un acte ponctuel mais un « processus grâce auquel la personne arrive à effectuer, en dialoguant avec le Seigneur et en écoutant la voix de l’Esprit, les choix fondamentaux, à partir du choix de son état de vie.» (DP II, 2)  En chaque jeune éduqué à la foi résonne cette question : « Comment vivre la Bonne Nouvelle de l’Évangile et répondre à l’appel que le Seigneur adresse à tous ceux dont il va à la rencontre : à travers le mariage, le ministère ordonné, la vie consacrée ? » (DP II, 2)  Nous souvenant de la vocation universelle à la sainteté (LG 40), nous sommes appelés à accompagner chaque jeune sans exception, jusqu’à cette question fondamentale, c’est-à-dire jusqu’au seuil de sa vie adulte, en lui proposant graduellement, mais sans aucune crainte, comme l’a fait Don Bosco, l’objectif d’une vie humaine et chrétienne de haut niveau.

3. La troisième partie du Document Préparatoire rassemble certaines indications sur l’action pastorale, en en déterminant les sujets, les lieux et les outils. Nous sommes invités à revenir à « l’accompagnement des jeunes », à travers ces trois mouvements : « sortir », « voir » et « appeler », qui connotent la manière avec laquelle Jésus rencontrait les personnes de son temps. Ce rappel nous est familier, à nous, fils de Don Bosco, et représente un appel supplémentaire à l’écoute des jeunes et à notre disponibilité inconditionnée quant à leurs besoins, conscients du fait que la relation de paternité spirituelle est le prolongement d’une paternité éducative. De la rencontre avec les jeunes, que représente bien la pratique de l’assistance, peut fleurir l’accompagnement vers le discernement vocationnel et peut s’ensuivre la construction du projet de vie du jeune.

Quand le Document Préparatoire invite à appeler et à considérer sujets de la pastorale « tous les jeunes sans exception », résonne en nous la certitude, la nôtre et celle de Don Bosco, qu’ « en chaque jeune, même le plus misérable, il y a un point accessible au bien ». En vue d’une action pastorale de qualité proposée à des jeunes qui éprouvent des besoins différents et variés,doit être mise en œuvre une expérience claire avec la participation de tous les sujets de la Communauté qui éduque et évangélise : la Communauté Éducative et Pastorale. Cela demande, de la part de la Communauté Salésienne locale et de l’Animation Salésienne Provinciale un engagement toujours plus sérieux, qualifié et programmé dans la formation des laïcs collaborateurs, également sur le thème de l’accompagnement des jeunes.

L’implication responsable des différents sujets de l’action pastorale doit s’accompagner d’une intelligence pastorale qui ne se limite pas à une proposition pastorale générique mais qui se traduise en processus de discernement communautaire autour de l’Écriture partagée dans un Projet Éducatif et Pastoral. Dans la programmation pastorale, ensuite, il est opportun que les parcours proposés considèrent le plus possible les jeunes comme sujets à responsabiliser dans leur parcours de croissance humaine et de foi ; et que ces parcours soient proposés à l’intérieur d’une logique graduelle du cheminement. Je vous exhorte, en outre, à vous efforcer d’offrir des chemins de prière à l’intérieur des parcours éducatifs et d’évangélisation où les jeunes puissent goûter la valeur du silence et de la contemplation : « il ne peut y avoir de discernement sans cultiver la familiarité avec le Seigneur et le dialogue avec sa Parole. » (DP III, 4)

En marge de cette lettre, je vous propose enfin trois questions qui peuvent guider votre réflexion autour des défis et des opportunités de la foi et du discernement vocationnel des jeunes aujourd’hui. Je propose ces trois questions comme une piste de réflexion aux différents Conseils Provinciaux, dans les Rencontres des Directeurs, dans les réunions des Salésiens du Quinquennium et des Salésiens stagiaires. J’invite aussi à explorer la possibilité de proposer ces trois questions aux différents Groupes de la Famille Salésienne :

1. Quelles sont les propositions qu’au niveau de l’Église locale nous faisons pour que l’Exhortation Apostolique Evangelii Gaudium demeure comme la boussole de notre cheminement pastoral ?

2. Quels sont les choix pastoraux que nous favorisons et /ou que nous pouvons proposer pour que tous, jeunes et adultes, parents et enseignants, catéchistes et animateurs, nous nous sentions partie prenante d’une Communauté qui éduque à la foi, une Communauté qui évangélise ?

3. Quelles sont les difficultés qui peuvent affaiblir la continuité et la consistance des processus pastoraux ? Quelles sont les propositions pour renforcer la continuité et la consistance des processus pastoraux ?

Selon l’invitation du Saint-Père (DP III, V), confions à Marie ce parcours où, avec toute l’Église, nous nous interrogeons sur la question de savoir comment accompagner les jeunes à accueillir l’appel à la joie de l’amour et à la vie en plénitude.

Bien unis dans le Christ,

Signature

Ángel Fernández Artime
X ème Successeur de Don Bosco

From → Événements

Comments are closed.