Au service des jeunes...

Archives Janvier 2007

Chronique du Recteur Majeur

             
AIMER LA VIE
LE DON
DE LA VIE

di Pascual Chávez Villanueva

« Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre… Que la terre verdisse de verdure... les herbes portant semence et des arbres fruitiers donnant sur la terre selon leurs espèces des fruits contenant leur semence… que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce, domestiques et sauvages… Et Dieu vit que cela était bon. Puis il dit : faisons l’homme…(Gn 1,1 ss

Chers amis, lecteurs du Bulletin Salésien, au commencement de l’année 2007 je suis heureux de vous présenter les souhaits d’une vie pleine. Cette année, en effet, je veux vous parler du « Dieu qui aime la vie », comme le définit de manière significative un texte de la « Sagesse ». On y lit : « Tu aimes tout ce qui existe, et tu n’as de dégoût pour rien de ce que tu as fait car toutes les choses sont à toi et ton souffle les enveloppe et les pénètre, Seigneur ami de la vie » (Sg 11, 24 ss).

Le thème de la vie est la clef de voûte de toute l’Écriture qui en parle de la première à la dernière page, en montrant que notre Dieu est un Dieu qui aime la vie, la crée et même la re-crée après la mort. Si, au commencement; la Bible nous présente la création à partir du chaos primitif et en conclusion, nous parle de « cieux nouveaux et de terre nouvelle », au centre, en tant qu’élément-clé, on trouve la résurrection du Christ. Finalement, le seul qui croit vraiment à la vie est le Dieu qui l’a créée. Et, pour le croyant, la vérification se base sur l’amour pour la vie, sur sa promotion et sa défense. Cette vocation/mission devient d’autant plus actuelle et engageante vis-à-vis de la «  culture de la mort » provocante et cynique qui se répand de nos jours en mettant à risque la création, la vie humaine, sa dignité et son inviolabilité, sa plénitude. En lisant la Genèse nous ne pouvons  pas ne pas  nous rendre compte de ce que la vie est un don : elle nous précède; nous donner l’existence ne dépend pas de nous ; par nous-mêmes nous ne découvrons pas sa signification ultime et, surtout, nous ne possédons pas les clés pour ouvrir les portes de la mort. Personne ne peut s’en approprier ; personne ne peut comprendre à fond. Excepté Lui.   

Certes, aujourd’hui grâce au pouvoir de la science et de la technique l’homme est capable non seulement d’interpréter la vie et de la rendre plus agréable, mais aussi de la créer dans le laboratoire ; c’est pourquoi, aux yeux des non-croyants, elle n’est plus un don, mais un produit du hasard, reproductible en laboratoire. Elle peut donc être vécue selon nos désirs et nos critères personnels. Mais ceci n’est qu’un sophisme, car nous sommes en face non pas d’une création à partir du néant, mais d’une manipulation de notre propre vie et de celle des autres. La vie est un don de Dieu et Il est le seul capable de la créer et de la donner. Elle doit être accueillie avec gratitude et responsabilité : elle est à notre disposition non pas comme une propriété dont on pourrait disposer à son propre gré, selon les possibilités scientifiques, rationnelles et/ou culturelles,  mais plutôt comme un don a faire fructifier..

Que la vie soit sacrée provient de son origine divine et elle est donnée aux frères et enfin restituée à Dieu. Je veux vous inviter à lire, avec respect, stupeur et gratitude le premier chapitre de la Genèse, vrai chef-d’œuvre  qui présente un Dieu victorieux sur le chaos primitif et qui, grâce à un processus stupéfiant d’organisation, oriente la création vers la créature humaine, chef-d’œuvre sorti de son imagination créatrice, créée à son image et destinée à retrouver l’union avec son Créateur. Il est beau de constater que Dieu, avec un soin intelligent et affectueux, construit cette maison qui est le monde afin que l’homme puisse y habiter. Rien de ce qui existe dans la création est Dieu, tout est sa Créature : les eaux, le soleil, les étoiles, les plantes, les animaux… tout est au service de l’homme et celui-ci est orienté vers  Dieu. En effet, après l’homme, Dieu ne crée plus rien. Il lui confie la garde de la création, pour qu’il porte à son achèvement Son dessein, et que l’homme, lui-même, s’oriente vers Dieu pour rejoindre la plénitude de la vie.


Je ne peux que conclure en évoquant le CANTIQUE DE FRÈRE SOLEIL OU DES CREATURES de Saint François d’Assise qui est un hymne à la vie:
Très haut, tout puissant et bon Seigneur,
à toi louange, gloire, honneur,
et toute bénédiction ;

à toi seul ils conviennent, ô Très-Haut,
et nul homme n’est digne de te nommer.

Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,
spécialement messire frère Soleil.
par qui tu nous donnes le jour, la lumière :

il est beau, rayonnant d’une grande splendeur,
et de toi, le Très-Haut, il nous offre le symbole.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur Lune et les étoiles :
dans le ciel tu les as formées,
claires, précieuses et belles.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Vent,
et pour l’air et pour les nuages,
pour l’azur calme et tous les temps :
grâce à eux tu maintiens en vie toutes les créatures.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur Eau.
qui est très utile et très humble,
précieuse et chaste.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur notre mère la Terre,
qui nous porte et nous nourrit,
qui produit la diversité des fruits,
avec les fleurs diaprées et les herbes.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour ceux
qui pardonnent par amour pour toi ;
qui supportent épreuves et maladies :

heureux s’ils conservent la paix
car par toi, le Très-Haut, ils seront couronnés.

Loué sois-tu, mon Seigneur,
pour notre soeur la Mort corporelle
à qui nul homme vivant ne peut échapper.

Malheur à ceux qui meurent  en péché mortel ;
heureux ceux qu’elle surprendra faisant ta volonté,
car la seconde mort ne pourra leur nuire.

Louez et bénissez mon Seigneur,
rendez-lui grâce et servez-le
en toute humilité !

Retour à la page d'accueil